Le beau à l’oeuvre – Un travail initiatique

17 décembre 2021 in Non classé

Le beau à l'oeuvre ou comment incarner sa créativité

Le beau à l'oeuvre

Il y a quelques années, Celine Boura est entrée dans ma vie. Comme un électron libre qui passe, que je perçois et qui devient une évidence. Elle est là, sans être là. Je fais un premier travail avec elle, qui se transforme, car mon chemin est alors ailleurs… Mais c’est en place, cela se distille… J’y reviens quelques mois après, pour un autre travail, comme un gout de trop peu, de pas fini… Puis 2020 et son virus, les cartes sont redistribuées. Je continue de sentir l’appel du subtil, de l’infiniment petit si grand, de l’invisible. C’est là, j’ai travaillé, appris, senti… Je sens un niveau « supérieur ». Enfin c’est ce que je crois.

Je contacte alors à nouveau Celine, pour un travail en one to one peut-être, je ne sais pas. Elle me pare du beau à l’oeuvre…  J’embarque.

9 mois, des rdv vision peut-être, mais surtout en présentiel… Que va t on faire ? je ne sais pas, et finalement peu m’importe. Je sais que je vais aller chercher ailleurs, autre chose, donc c’est ok ! Je sais surtout que ce vers quoi je tends aux cotés de Céline, c’est moi…

De belles rencontres avec mes OVNI partenaires que sont Fanny, Aurélia et Stephan. Des mondes opposés, différents, des personnalités riches, et tellement de liens au final. Des résonances fortes dans nos histoires, dans nos vécus et ressentis. Comme un écho à l’intérieur de soi, une douce musique rassurante qui nous dit que nous sommes au bon endroit. 

Rencontrer sa créativité

Je me souviens de cette première rencontre. Cette table, ces feuilles blanches, ces crayons…. Haaaaaa l’angoisse de la feuille blanche. Moi, la photographe qui contrôle tout, il va m’être demandé d’improviser, de créer. J’en ai le tournis… je ne sais pas faire, je ne sais pas dessiner et encore moins peindre. Je ne sais pas, je ne sais pas, je ne sais pas…

 

ET TANT MIEUX que je ne sache pas faire ! Car il n’y a rien à faire, juste à être. Se laisser aller, écrire, jeter de la couleur, du noir, de la lumière, vibrer… et ça je sais le faire. Pas forcément en conscience, mais je sais le faire !

 

Le process est en place, on crée, on échange, on se concentre. On avance, on recule, on tente, on ne fait rien… Chacun son chemin, sa route, son approche. Nous restons à aléoute les uns des autres et surtout à l’écoute de soi ! Je m’autorise à me donner de l’importance, je m’autorise à moins travailler, à plus me connecter au monde, à la nature. Des mots nous viennent, des instants riches de sens. Des sourires, des larmes… Je nous vois et nous trouve beaux, dans notre authenticité. 

Se rencontrer soi

Ca je le propose à mes clients depuis quelques temps déjà. Je sais l’importance que cela a, mais les cordonniers sont les plus mal chaussés non? Bien sur je vais chez les  collègues photographes, pour savoir ce que cela fait d’être de l’autre coté, mais là je parle d’autre chose. Je n’avais jamais été devant mon propre objectif. Enfin jamais vraiment… Alors un jour, sans l’avoir réfléchi, je pars acheter de l’argile, je mets de la musique, une carte mémoire, un pied, et le travail commence. je danse, je vibre, je lache prise… Je rentre en lien avec moi, je me suis offert cet espace là, celui que je vous offre chaque jour. Et là j’ai pris conscience de ce plus grand dont Céline nous parle toujours. Il n’est pas question de moi, ni de vous finalement. Dans cette séance, j’ai libéré de moi, et j’ai libéré tellement plus. 

Cette séance aura été une connexion au brut, à l’animal, et au subtil. J’ai enfin vu ces autres dimensions que je perçois depuis des années. C’est en conscience que j’ai vu ce dont je parle. La rencontre avec la vibration grâce à Masaru Emoto fut un déclencheur incroyable dans ma vie, et cette séance aussi. Comme si tout prenait corps, comme si je prenais corps, enfin !

Exister dans son authenticité - Initiatrice de mouvement

De là, va découler une libération tellement impalpable que je ne l’ai pas vu. Elle était là, sans grand acte, mais simplement là. Un jour j’ai accroché ma plaque avec mon logo, mon nom et comme seul mot « Initiatrice de mouvements ». Il m’a été demandée comment une photographe qui fige l’instant peut elle être initiatrice de mouvements… Et bien simplement car se rencontrer soi est une source de mouvements incroyables !

Mon nouvel espace de travail rue des chartreux est un lieu de mouvements, de couleurs, de puissance et de connexion. Prendre conscience et assumer de ma multipotentialité ! Oui je mets en lumière en noir et blanc, je révèle chacun dans son authenticité, dans sa singularité. Et il y a ce truc en plus… J’ai longtemps cherché quoi… Ce petit supplément d’âme, ce que je n’arrive pas à exprimer… Bien sur on m’a dit chamane, ultra sensible, clairvoyante, intuitive et tant d’autres mots, dont chacun donne ses définitions… Tout cela me faisait trés peur, alors je fermais les yeux, et ne trouvais pas ce qui me définissait. Je n’aime pas avoir d’étiquette, je n’aime pas les étiquettes en fait !

Ce que j’explique à mes clients, c’est de lâcher les attentes, et simplement d’être soi, voir simplement d’être ! Là encore, les cordonniers sont le plus mal chaussés, car qui je suis pour être juste moi, pourquoi je ne suis pas dans une case qui me permet d’expliquer ma démarche, mon plan… Et bien justement, je n’ai pas de plan, pas de case, je suis d’ailleurs et c’est ok. Peu importe d’où finalement.

Je suis, et je vous invite à être !

L'humanité dans un regard

Depuis des années je montre cette vidéo lors de mes formations. Parce qu’elle résonne fort en moi… 

 

Ce petit supplément d’ame dont je parlais, ce qui fat la différence, c’est ce que je perçois.

Chacun de vos portraits sont bien sur votre reflet, votre image, mais je vois au delà de vous. Dans chaque regard je connecte l’humanité. Nous sommes tous reliés, nous sommes tous inter connectés. Et chaque portrait constitue un bout de cette humanité. En refaisant face, nous voyons les autres à travers nous. Nous voyons notre histoire personnelle, mais aussi celle de nos aïeux. Plongez vous dans mes portraits, et vous verrez plus grand qu’un individu, vous verrez tellement plus que une histoire.

Retrouvez Céline Boura et son école de création des futurs, Aurélia, Fanny et Stephan à travers le voyage digital proposé. 

Et aprés

Voilà alors le début d’une nouvelle aventure. Et aprés, c’est le titre d’un prochain projet commençait en 2020, qui est là depuis 2018 peut etre avant… Et aprés, c’est un projet sur l’enfance blessée, mais sur l’adulte que l’on devient. 

Et aprés c’est finalement plus qu’un projet, et aprés c’est ce qui sera demain, c’est ce questionnement finalement  sur quelle importance cela a… Et aprés ce n’est pas grave… Et aprés il y a la vie…. et aprés il a nous, l’amour, le lien, la puissance de chacun,…. et aprés il y a le vivant, l’humanité dans sa douceur et sa force, l’authenticité et la singularité.